Bonjour, je m’appelle Aurélie Jeannin.

Je suis slasheuse : accompagnatrice en création d’identité de marque et communication / conceptrice éditoriale / rédactrice / autrice de romans.
Contactez-moi

Issue d’une formation littéraire puis diplômée d’une école de communication (Ircom Angers), j’ai un parcours en agence de communication globale, puis en cabinet de conseil spécialisé en accompagnement de réponses à appels d’offre et positionnement stratégique pour des grands groupes du domaine de l’énergie, et en animation de concertations publiques.

Depuis une douzaine d’années, j’interviens auprès d’organisations (entreprises, associations et territoires) sur des missions de positionnement identitaire et communication associée : plateforme de marque, projet d’entreprise, stratégie de communication, stratégie éditoriale, conception et rédaction.

Je suis membre de l’association Voy’Elles, réseau d’entrepreneuriat féminin à Orléans.
J’ai été membre de l’association Germe, réseau de formation des managers à Angers puis à Orléans, pendant plusieurs années.
Je suis co-fondatrice des revues Slow avec Caminno, et Mordus d’entreprendre avec le Réseau Entreprendre de Maine-et-Loire.

Parmi les causes qui me tiennent à cœur et que je soutiens :

La Fondation Natan qui apporte son soutien aux enfants autistes et à leurs familles.
L’AFEP, Association française pour les enfants précoces.
La Ligue des auteurs professionnels qui lutte pour la sauvegarde du métier d’auteur.

Contactez-moi

Expertises associées

Je fonctionne autour d’un principe d’associations rapprochées : des ressources expertes qui complètent mon approche pour aborder les problématiques clients de façon globale et fine à la fois, et y répondre de la façon la plus juste possible.

Voir mes collab

Autrice

Préférer l’hiver

À distance du monde, une fille et sa mère, recluses dans une cabane en forêt, tentent de se relever des drames qui les ont frappées. Aux yeux de ceux qui peuplent la ville voisine, elles sont les perdues du coin. Pourtant, ces deux silencieuses se tiennent debout, explorent leur douleur et luttent, au cœur d’une Nature à la fois nourricière et cruelle et d’un hiver qui est bien plus qu’une saison : un écrin rugueux où vivre reste, au mépris du superflu, la seule chose qui compte.
Dans un rythme tendu et une langue concise et précise qui rend grâce à la Nature jusqu’à son extrémité la plus sauvage, Aurélie Jeannin, dont c’est le premier roman, signe un texte comme une mélancolie blanche, aussi puissant qu’envoûtant.

 

« Maman et moi vivions ici depuis un peu plus de trois ans quand nous avons reçu le coup de fil. Au milieu des pins, des chênes et des bouleaux, au bout de ce chemin sans issue que deux autres propriétés jalonnent. C’est elle qui m’avait proposé de nous installer ici. Et je n’étais pas contre. J’avais grandi dans cette forêt. Le lieu m’était familier, et je savais que nous nous y sentirions en sécurité. Qu’il serait le bon endroit pour vivre à notre mesure. »

 
 
 
 
 

Finaliste du Prix Régine Deforges 2020
Sélection pour le prix du métro Goncourt 2020
Sélection pour le prix Terre de Paroles 2020
Sélection pour le Festival du Premier roman de Chambéry 2021
Prix des étoiles 2018

« Un premier roman étincelant. »
Isabelle Potel, Madame Figaro

 

 

« Une poésie sidérante qui fait écarquiller les yeux de la première à la dernière page. »
Lauren Malka, Causette

 

 

« D’une poésie fascinante, ce roman est une ode à la forêt, à la fois rédemptrice, mais aussi dans ce qu’elle a de plus sauvage. Sublime ! »
Marianne Kmiecik, Librairie Les Lisières (Villeneuve-d’Ascq et Croix)

Les Bordes, c’est un lieu et c’est une famille. En l’occurrence, sa belle-famille qui ne l’aime pas. Elle, Brune, le bouclier. Mère responsable, tenant solidement sur ses deux jambes, un œil toujours visé au rétroviseur ou dans l’entrebâillement de la porte, qui guette, anticipe, tente de maîtriser les risques. Ce week-end comme chaque année en juin, elle prend la route avec ses deux enfants pour rejoindre Les Bordes et honorer un rituel familial. Pour celle qui craint chaque seconde l’accident domestique, Les Bordes ressemblent à l’Enfer. Trop de jeux extérieurs, trop de recoins, de folles libertés. Trop de silence et de méchancetés à peine contenues. Trop de souvenirs.

Les Bordes

Aux Bordes, Brune saura-t-elle esquiver le pire ? Est-il possible pour une mère de protéger ses enfants ?
Derrière la mécanique du drame hasardeux et l’absence de bourreaux, Les Bordes dresse un portrait de la famille, de la parentalité et de la maternité sans fards, grâce à une héroïne aussi troublante qu’humaine.

« Elle savait qu’elle aurait à lutter en silence. Deux jours et deux nuits avant de repartir. Se coucher le plus tôt possible. Demain, la sortie. Le rendez-vous annuel dans la montagne, près du lac. Revenir, saoulés de vent. Préparer le départ, s’affairer à partir. Dormir. En finir. Même pas deux jours pleins. Ça ne pouvait pas être la mort. »

 

Contact

ecrire@aureliejeannin.fr
06 77 13 99 87

 

    Votre nom*
    Nom de votre structure*
    E-mail*
    Votre besoin*
    * Champs obligatoires

    Les singuliers qui ont fait ce site web :